Les droits des patients Accueil CCDH

Comment faire annuler

une mesure de soins psychiatriques
sous contrainte

solution

CCDH a récolté une liste de jurisprudences !


Effet indésirable

causé par un psychotrope ?

Voici comment en faire la déclaration

psychotrope

Cette déclaration est essentielle

pour la sécurité des patients !







CCDH est aussi sur:

Communiqué de l'Association d'aide aux victimes des accidents de médicaments (AAA-VAM) - Suicides chez les agriculteurs


En Bretagne, 600 croix érigées en hommage aux agriculteurs suicidés
Nous sommes une fois encore consternés par ce drame effroyable qui frape les Agriculteurs, les suicides.



Les raisons de ces autolyses sont liées indubitablement aux conditions de travail et aux problèmes psychologiques et affectifs qui en découlent. Toutefois, aucune association, aucun journaliste, aucune autorité de santé, ne pose la question de savoir si des soins avaient été ordonnés à ces agriculteurs ?

Étaient-ils dépressifs, avaient-ils consulté un médecin, quel traitement leur avait été ordonné ?
L’AAAVAM qui avait eu l’occasion de « pénétrer » le monde rural avait pu constater la légèreté des médecins dans nos campagnes, les panières de médicaments psychotropes étaient en bonne place dans certaines fermes de la Beauce ! 

La Sécurité Sociale détient les clefs et des solutions de prévention, elle peut répondre à ces questions, mais en paralysant l’exploitation des données de santé (big data), l‘assurance maladie est à la base d’un véritable massacre de groupe organisé.

Les anxiolytiques de la classe des Benzodiazépines (Tranquillisants et Somnifères) sont, à notre avis, responsables de la plupart de ses suicides d’agriculteurs.

La HAS (Haute Autorité de Santé) reconnaît dans un courrier, qui nous a été adressé le 14 septembre dernier par son Directeur Général le Professeur Jean-Luc Harousseau : « le risque de désinhibition avec impulsivité pouvant conduire au suicide ».

Les Tranquillisants et les somnifères favorisent le passage à l’acte suicidaire, les accidents du travail et de la circulation, également depuis peu des études ont démontré l’implication de ces drogues légales dans la maladie d’Alzheimer. 

Les informations données aux médecins par cette même HAS en juin 2015 (Fiche Mémo) sont erronées et dangereuses, nous sommes atterrés par la méconnaissance des produits psychotropes par cet organisme qui dispose pourtant de moyens financiers importants.

Georges Alexandre Imbert
Président de l’AAA-VAM
Association loi de 1901

Agréée par le Ministère de la Santé
10, rue de la Paix
75002 Paris

Site Web :  http://www.aaavam.eu


Lundi 28 Décembre 2015
Lu 1606 fois



Signez notre pétition

contre le dépistage psychiatrique

et la mise sous camisole chimique

des enfants

signer

Protégeons nos enfants

des drogues psychiatriques !


Devenez membre

Soutenez l'association

association

Cotisation annuelle: 50€


Abonnez-vous au Déchaîné

Le Déchaîné Edition Spéciale n°2

Téléchargez les précédents numéros :