Les droits des patients Accueil CCDH

Comment faire annuler

une mesure de soins psychiatriques
sous contrainte

solution

CCDH a récolté une liste de jurisprudences !


Effet indésirable

causé par un psychotrope ?

Voici comment en faire la déclaration

psychotrope

Cette déclaration est essentielle

pour la sécurité des patients !






De nombreux citoyens contre le projet de loi sur la psychiatrie


Manifestation de la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme le samedi 5 mars 2011 de 13h30 à 15h sur la Place d'Italie à Paris pour dénoncer les dangers d'un projet de loi sur la psychiatrie. Ce projet de loi liberticide sera présenté à l'Assemblée Nationale le 15 mars. De nombreux groupes et associations protestent, et des milliers de signatures ont été recueillies contre le vote de cette loi.


Un projet de loi sur la psychiatrie sera présenté le 15 mars 2011 à l'Assemblée Nationale.
Cette loi instaure des traitements psychiatriques sous contrainte en ambulatoire, c'est-à-dire à domicile.

Selon la loi actuelle, une personne doit être internée de force pour être contrainte à prendre des traitements psychiatriques.

Aujourd'hui il existe de nombreux abus dans les hôpitaux français.
Certaines personnes se retrouvent internées contre leur gré, contraintes de prendre des doses massives de psychotropes aux effets délétères, ou de recevoir des électrochocs (appelés aujourd'hui sismothérapie).
Cette dernière pratique barbare consiste à envoyer un courant électrique de plusieurs centaines de voltes dans le cerveau de la personne. Inventé en 1938, et encore utilisé aujourd'hui, ce « traitement » peut entraîner de graves pertes de mémoire et des idées suicidaires.

Les médicaments psychiatriques ont été prescrits à de plus en plus de personnes au cours des dernières années : personnes âgées, femmes enceintes, enfants, etc.
Pourtant ces pilules peuvent avoir des conséquences catastrophiques.
Sans compter le fait qu'ils peuvent rendre dépendants les consommateurs, ces médicaments peuvent également entraîner de graves effets secondaires : troubles cardiaques, convulsions, comas, hallucinations, pensées et comportements suicidaires (source : Dictionnaire Vidal).
L'an dernier, le Procureur de la République en Vendée a remis en cause le Zoloft dans l'affaire de tuerie de Pouzauges.

Si le projet de loi est voté, des milliers de personnes pourront être contraintes de recevoir ces traitements dangereux.
De plus, cette loi met en péril les libertés individuelles. Plus aucun citoyen n'aura le pouvoir de choix sur les traitements qui lui seront administrés. Il pourra être forcé, sans jugement, à recevoir des traitements dangereux.

Cette loi est inacceptable. De nombreux groupes et associations se soulèvent pour dénoncer cette loi liberticide. Des milliers de signatures dans toute la France ont été recueillies.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme dénonce depuis plus de 35 ans en France les abus en psychiatrie. Elle continuera son combat jusqu'à ce que les Droits de l'Homme soient respectés dans le domaine de la santé mentale.

Pour plus d'informations, visitez le site de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez nous par téléphone au 01 40 01 09 70, ou au 06 28 06 59 16, ou par email à ccdh@wanadoo.fr.



Lundi 28 Décembre 2015
Lu 1557 fois

Spots d'information | Communiqués de presse | DVD de la CCDH | Clips engagés



Signez notre pétition

contre le dépistage psychiatrique

et la mise sous camisole chimique

des enfants

signer

Protégeons nos enfants

des drogues psychiatriques !


Soutenez l'association

Devenez membre

association

Abonnez-vous au Déchaîné

Le Déchaîné n°9

Téléchargez les précédents numéros :





CCDH est aussi sur: