Les droits des patients Accueil CCDH

Comment faire annuler

une mesure de soins psychiatriques
sous contrainte

solution

CCDH a récolté une liste de jurisprudences !


Effet indésirable

causé par un psychotrope ?

Voici comment en faire la déclaration

psychotrope

Cette déclaration est essentielle

pour la sécurité des patients !






Les internements sous contrainte maintenant illégaux en Chine


Alors qu'une loi interdit désormais en Chine l'internement forcée en psychiatrie, la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme manifestera le samedi 18 mai 2013 à Paris pour dénoncer les internements sous contrainte abusifs en France.


En Chine, plusieurs centaines de milliers de personnes étaient internées sous contrainte chaque année en psychiatrie. Parmi eux, de nombreux opposants et dissidents politiques. Alors que cette situation d'injustice a été pendant longtemps dénoncée, il est aujourd'hui clairement démontré que ces violations des droits de l'Homme ont été perpétrées et rendues possibles grâce au système psychiatrique.

 

Il y a quelques semaines, une loi est entrée en vigueur en Chine interdisant les internements sous contrainte. L'accord du patient devient dorénavant obligatoire pour le faire interner dans un établissement psychiatrique. L'autorisation du patient doit également être requise pour administrer un traitement, et les demandes pour quitter l'hôpital doivent être respectées. Ces nouvelles conditions ne s'appliquent cependant pas aux personnes en situation grave représentant un danger pour elles-mêmes ou pour les autres.

 

Quelle est la situation des internements psychiatriques en France ?

 

Plus de 72 000 internements sous contrainte ont lieu chaque année en France, un chiffre trois à quatre fois supérieur que certains de nos pays voisins. L'internement est décidé soit par le directeur de l'hôpital, avec ou sans l'accord d'un proche, soit par le préfet en cas de trouble à l'ordre public. Une fois admis au sein de l'établissement, le patient peut être contraint à recevoir des drogues, des électrochocs, être en isolement, ou attaché sur son lit, etc.

 

Certaines autorités telles que les Préfets, Procureurs et Juges des libertés et de la détention doivent visiter au moins une fois par an les établissements psychiatriques pour s'assurer que les procédures et droits des patients soient respectés. Or la CCDH, ayant recueilli les dates de visites, a observé que ces visites étaient peu effectuées comme le demande la loi.

 

L'hôpital psychiatrique est un lieu où la privation de liberté et les traitements lourds sont monnaie courante. Il est nécessaire que des contrôles soient effectués dans ces hôpitaux et que les procédures d'internements soient révisées afin de garantir les Droits de l'Homme en psychiatrie.

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme dénonce depuis près de 40 ans en France les abus de la psychiatrie. L'association reçoit chaque semaine de nombreux témoignages de victimes et de familles.

 

Pour plus d'informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez-nous par téléphone au 01 40 01 09 70 ou par email à ccdh@wanadoo.fr.  




Lundi 28 Décembre 2015
Lu 428 fois

Spots d'information | Communiqués de presse | DVD de la CCDH | Clips engagés



Signez notre pétition

contre le dépistage psychiatrique

et la mise sous camisole chimique

des enfants

signer

Protégeons nos enfants

des drogues psychiatriques !


Soutenez l'association

Devenez membre

association

Abonnez-vous au Déchaîné

Le Déchaîné n°9

Téléchargez les précédents numéros :





CCDH est aussi sur: