Les droits des patients Accueil CCDH

Comment faire annuler

une mesure de soins psychiatriques
sous contrainte

solution

CCDH a récolté une liste de jurisprudences !


Effet indésirable

causé par un psychotrope ?

Voici comment en faire la déclaration

psychotrope

Cette déclaration est essentielle

pour la sécurité des patients !






Les psychiatres prescrivent aux enfants un drogue similaire à la cocaïne


A l'occasion de la sortie du journal Le Déchaîné intitulé « Les psychiatres prescrivent aux enfants un drogue similaire à la cocaïne ! » et imprimé en 30 000 exemplaires, la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme organise 5 manifestations dans Paris afin de sensibiliser le grand public aux dangers de la Ritaline.

Les manifestations se tiendront simultanément le samedi 8 novembre 2014.


La consommation de Ritaline en France est alarmante. Le nombre de boîtes vendues a augmenté de 70% en 5 ans, passant de 283 700 en 2008 à 476 900 en 2013.

 

Ce psychostimulant est utilisé dans le traitement de l'hyperactivité. Cette « maladie » ne repose sur aucune base scientifique, et est en fait évaluée à partir d'une liste de symptômes vagues : l'enfant n'écoute pas quand on lui parle, il n'obéit pas aux consignes, il aime souvent courir ou sauter, il a des difficultés à attendre son tour, etc. (Source : Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux). N'importe quel enfant pourrait correspondre à cette description. Cela facilite les prescriptions de Ritaline qui profitent aux laboratoires pharmaceutiques.

 

La loi est claire concernant les prescriptions : les premières ne peuvent être effectuées que par un psychiatre, pédopsychiatre, pédiatre ou neurologue hospitalier. Or, 10% des prescriptions de Ritaline sont aujourd'hui faites par les médecins généralistes.

 

La Commission Nationale des Stupéfiants et des Psychotropes avait déjà alerté en 2011 sur les mésusages de la Ritaline. Elle dénonçait entre autre les prescriptions faites hors autorisations de mise sur le marché, le non respect des conditions de prescription et de délivrance, et précisait même : « Cet usage détourné concerne une population de plus en plus jeune ».

 

Cette consommation est d'autant plus inquiétante compte tenu des dangereux effets secondaires qu'elle peut entraîner : hallucinations, changement de personnalité, crise d'épilepsie, crise cardiaque avec risque de mort subite, pensées suicidaires, etc.

 

Cette drogue peut être prescrite chez les enfants dès l'âge de 6 ans. Surnommée « Kiddy coke » aux Etats-Unis (cocaïne des enfants en français), elle a été classée parmi les stupéfiants au même titre que la cocaïne.

 

Les familles doivent être pleinement informées des dangers de la Ritaline, la prévention doit être faite auprès de la population générale et des contrôles doivent être mis en place afin de mettre un terme à son utilisation abusive.

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme, association existant depuis 40 ans en France pour dénoncer les abus psychiatriques, reçoit chaque semaine des témoignages de familles et de victimes.

 

Pour plus d'informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez-nous par téléphone au 01 40 01 09 70 ou par email à ccdh@wanadoo.fr. 

 




Mercredi 5 Novembre 2014
Lu 828 fois

Communiqués de presse | Spots d'information | DVD de la CCDH | Clips engagés



Signez notre pétition

contre le dépistage psychiatrique

et la mise sous camisole chimique

des enfants

signer

Protégeons nos enfants

des drogues psychiatriques !


Soutenez l'association

Devenez membre

association

Abonnez-vous au Déchaîné

Le Déchaîné n°9

Téléchargez les précédents numéros :





CCDH est aussi sur: