Les droits des patients Accueil CCDH

Comment faire annuler

une mesure de soins psychiatriques
sous contrainte

solution

CCDH a récolté une liste de jurisprudences !


Effet indésirable

causé par un psychotrope ?

Voici comment en faire la déclaration

psychotrope

Cette déclaration est essentielle

pour la sécurité des patients !






Série de condamnations pour des psychiatres et infirmiers psychiatriques en France


Semaine difficile pour les psychiatres et infirmiers psychiatriques indélicats.

Un infirmier du centre psychiatrique de Laxou, près de Nancy, a été condamné à 6 mois de prison avec sursis pour une série de mauvais traitements sur des patients de l'hôpital. Des collègues à lui ont dénoncé le fait "qu'il fait prendre des douches froides aux patients incontinents. Il bouche le nez de certains afin qu'ils avalent plus vite leur traitement. Par punition, il a laissé nue une personne qui venait de se déshabiller". Le tout accompagné d'insultes et de propos particulièrement humiliants. Une condamnation normale, tout juste regrettera-t-on une fois de plus le fait que la hiérarchie médicale ait été épargnée par la justice, le psychiatre chef de service étant supposé responsable des agissements de ses subordonnés.


Toujours dans l'Est de la France, cette fois-ci à Erstein, au Sud de Strasbourg, c'est un couple d'infirmiers qui a été condamné pour des violences commises sur une collègue infirmière, à titre de représailles et aussi pour menacer cette dernière qui avait dénoncé des maltraitances supposées commises par l'homme l'an dernier. A noter que CCDH avait été alertée sur cette situation et que l'infirmière ayant dénoncé les violences avait dit qu'elle se sentait menacée par son collègue.
Le couple pour sa défense a dit qu'il s'agissait d'un acte impulsif. On ne peut que s'inquiéter de constater que des personnes si impulsives puissent être mises en présence de patients si fragiles. Le pire est à craindre.

Enfin, c'est un psychiatre Roannais de 68 ans qui a été condamné à 15 jours de prison ferme par le Tribunal correctionnel de Roanne, pour outrage à personne dépositaire d'une autorité publique (en l'occurrence des gendarmes). Le psychiatre récidiviste avait traité les gendarmes de malades mentaux et de fainéants, les menaçant de faire agir ses relations pour les faire muter. Une arrogance sanctionnée par le Tribunal.



Jeudi 26 Mars 2009
Lu 2569 fois

France



Signez notre pétition

contre le dépistage psychiatrique

et la mise sous camisole chimique

des enfants

signer

Protégeons nos enfants

des drogues psychiatriques !


Soutenez l'association

Devenez membre

association

Abonnez-vous au Déchaîné

Le Déchaîné n°9

Téléchargez les précédents numéros :





CCDH est aussi sur: