Les droits des patients Accueil CCDH

Comment faire annuler

une mesure de soins psychiatriques
sous contrainte

solution

CCDH a récolté une liste de jurisprudences !


Effet indésirable

causé par un psychotrope ?

Voici comment en faire la déclaration

psychotrope

Cette déclaration est essentielle

pour la sécurité des patients !






Un schizophrène interné fugue et tue un étudiant : encore une "bavure" de la psychiatrie...


Il s'est échappé de son hôpital psychiatrique, a pris le bus, acheté un couteau et a poignardé à mort le premier passant venu, un étudiant de 26 ans. Ce tragique fait divers, survenu mercredi à Grenoble (Isère), soulève la polémique, au point que Nicolas Sarkozy a réclamé hier au gouvernement de « préparer sans délai une réforme en profondeur du droit de l'hospitalisation psychiatrique » afin de « mieux encadrer les sorties des établissements ».


Avant sa fugue, le meurtrier présumé de 56 ans, Jean-Pierre Guillaud, atteint de schizophrénie et déjà auteur de trois agressions du même type (dont une en 2006 à Miribel-les-Echelles, en Isère), avait le droit à deux sorties d'essai par semaine depuis septembre, un régime validé par la préfecture. Il était qualifié de patient « sinon modèle du moins qui ne posait aucune difficulté » par le directeur de son hôpital psychiatrique. L'affaire relance le débat sur l'enfermement des individus susceptibles, d'après leur passé ou leur état, d'être dangereux.

Combien de drames de ce genre faudra-t-il encore pour que des mesures efficaces soient prises, et pas seulement pour « mieux encadrer les sorties des établissements » mais surtout pour en éliminer définitivement la cause ?

Car il est évident que ceci est une nouvelle preuve de l'échec de la psychiatrie 1) à savoir reconnaître un patient dangereux pour la société et 2) à traiter ce genre de patient. De plus, comme ce patient est suivi depuis des années par un psychiatre, cela signifie qu'il prend des antidépresseurs de façon régulière, étant donné que c'est le seul "traitement" que savent administrer les psychiatres. Or cela fait des années qu'il est prouvé que les antidépresseurs, anxiolitiques et autres drogues psychiatriques font plus de mal que de bien aux patients : les effets secondaires sont, excusez du peu, le suicide et l'agressivité. Et pourtant ces "médicaments" sont toujours prescrits...



Samedi 13 Décembre 2008
Lu 2307 fois

France



Signez notre pétition

contre le dépistage psychiatrique

et la mise sous camisole chimique

des enfants

signer

Protégeons nos enfants

des drogues psychiatriques !


Soutenez l'association

Devenez membre

association

Abonnez-vous au Déchaîné

Le Déchaîné n°9

Téléchargez les précédents numéros :





CCDH est aussi sur: