CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






16 janvier 2010 : Journée nationale d'action pour le respect des droits de l'homme en psychiatrie


Le 16 janvier 2010 : la Commission des citoyens pour les droits de l'homme organise une journée nationale d'action pour le respect des droits de l'homme en psychiatrie. Plus de 30 manifestations auront lieu dans la France entière.


Voici le programme pour Paris :

  • de 10h à 11h : manifestation devant l'hôpital psychiatrique Esquirol à St Maurice
  • de 11h30 à 12h : manifestation devant l'hôpital La Pitié-Salpêtrière à Paris
  • de 13h30 à 14h30 : stand d'information sur la Place d'Italie
  • de 15h à 16h : manifestation devant l'hôpital psychiatrique Sainte-Anne
  • de 16h30 à 17h30: Grand rassemblement Place Edmond Michelet, en face du Centre Pompidou

Le 2 janvier 2010, un déséquilibré poignarde trois personnes, dont une mortellement dans une résidence de Roquebrune-Cap-Martin. Ce criminel avait déjà violemment agressé le concierge dans cette même résidence plusieurs années auparavant. Il a ensuite été déclaré irresponsable et interné dans un hôpital psychiatrique. Il bénéficiait pourtant d'une sortie d'essai sur l'autorisation de son psychiatre dont la part de responsabilité dans le crime est évidente.
Malheureusement, ce n'est pas la 1ère fois qu'un patient interné ou sous l'emprise des drogues psychiatriques commet un acte de violence comme un meurtre, un viol, ou se suicide.
Rien que sur les 4 dernières semaines, plusieurs dizaines de personnes ont été victimes de tels actes. Le 5 janvier, un papa jette son petit garçon de 4 ans par la fenêtre.
Un homme de 40 ans cambriole une octogénaire, la menace de mort et lui impose une fellation.

Tous ces criminels avaient un passé psychiatrique ou prenaient des psychotropes.

Pour chaque fait divers, la CCDH demande à ce qu'une enquête soit réalisée afin de mettre en lumière les causes de tels drames. La CCDH dénonce particulièrement les effets dangereux des psychotropes (antidépresseurs, neuroleptiques, anti-psychotiques etc.)
D'après le Dictionnaire Vidal, certains psychotropes entraînent des idées suicidaires, de la violence, des problèmes de mémoires, des arrêts cardiaques et encore de nombreux autres effets secondaires.

Comment se peut-il que des drogues aussi dangereuses soient prescrites à des patients déjà violents ou criminels ?

Le problème de la psychiatrie est son absence de résultat. Cela peut facilement se démontrer par l'abondance d'articles annonçant des faits divers perpétués par des patients psychiatriques. Comme l'explique le Procureur de la République de Nice, Mr de Montgolfier, en charge de l'affaire de Roquebrune : « la psychiatrie n'est pas une science exacte ».
Ce n'est pas une science du tout quand on voit les résultats catastrophiques de ses traitements.

En 2008, à la suite du meurtre d'un étudiant à Grenoble par un patient psychiatrique, Mr Sarcozy a proposé des réformes en psychiatrie. C'est effectivement une nécessité.
Mais avant de réformer, la CCDH demande à ce que la loi soit respectée en psychiatrie. Plus de 15 milliards d'euros sont dépensés chaque année pour la psychiatrie alors que ses résultats sont désastreux.

La CCDH qui existe en France depuis 1974 continuera son combat jusqu'à ce que les abus cessent.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter la Présidente de l'association au 01 40 01 09 70.

16 janvier 2010 : Journée nationale d'action pour le respect des droits de l'homme en psychiatrie



Dimanche 12 Décembre 2010
Lu 2930 fois

Manifestations | Expositions | Journées d'action | Conférences | Raid à vélo | Campagne d'information


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.