CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






Amy Winehouse : encore une artiste victime de la psychiatrie


Amy Winehouse est décédée en juillet dernier. Son autopsie a révélé la présence d'un antidépresseur. De nombreux artistes ont été détruits par la psychiatrie et ses traitements barbares.
La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme manifestera le samedi 17 septembre à Paris pour dénoncer les abus psychiatriques.


Amy Winehouse : encore une artiste victime de la psychiatrie
Amy Winehouse, chanteuse de renommée internationale, est morte à l'âge de 27 ans. Elle consommait beaucoup de drogues et d'alcool.
Mais son autopsie a révélé la présence d'un médicament psychiatrique dangereux : le Librium. C'est un antidépresseur puissant qui peut entraîner une forte accoutumance, ainsi que les effets secondaires suivants : humeur dépressive, confusion grave, instabilité extrême, pouls lent, difficulté à respirer, changements d'humeur soudains, etc.
Ce médicament est aujourd'hui mis en cause dans le décès de cette jeune femme.

Beaucoup d'artistes dans le monde ont été victimes de la psychiatrie et sont morts prématurément à cause des traitements lourds et barbares.

En 1962, Marilyn Monroe est retrouvée morte. Elle avait été suivie par plusieurs psychiatres qui lui avaient prescrit de puissants somnifères. Elle avait également fait un séjour en établissement psychiatrique où elle avait été enfermée pendant deux jours en cellule capitonnée.

En 1967, Vivien Leigh meurt. Héroïne du film Autant en Emporte le Vent, l'actrice était atteinte de tuberculose et suivait un traitement lourd. Elle commença à voir un psychiatre dans les années 50. Elle fut internée en Angleterre où elle fut attachée dans de la glace, soumise à des électrochocs et à de puissants psychotropes.

En 1969, Judy Garland est décédée d'une overdose de drogues psychiatriques. On lui avait prescrit des antidépresseurs et des amphétamines pour contrôler son appétit et des somnifères pour l'aider à dormir. Elle avait fait de nombreux séjours en hôpital psychiatrique où elle avait reçu des électrochocs et un cocktail de psychotropes : Valium, Thorazine, Ritaline, etc.

Plus récemment, en 1994, Kurt Cobain a mis fin à ses jours. Il avait été étiqueté comme « hyperactif » dès la maternelle et placé sous camisole chimique. Il prenait de la Ritaline et d'autres psychotropes. Son traitement a entraîné une forte dépendance et l'a conduit aux drogues de la rue.
Il avait été admis dans un centre psychiatrique de réhabilitation pour drogués. 36h après, il s'était enfuit pour se suicider. Du Valium et de l'héroïne avaient été retrouvés dans son sang.

Il existe de nombreux autres exemples. Les artistes représentent une cible pour la psychiatrie, et sont souvent victimes de ses traitements.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme existe depuis plus de 35 ans en France et dénonce les abus psychiatriques. Elle est en contact avec de nombreuses victimes de ces traitements.

Pour plus d'informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez nous par téléphone au 01 40 01 09 70 ou au 06 28 06 59 16, ou par email à ccdh@wanadoo.fr



Jeudi 15 Septembre 2011
Lu 1118 fois

Spots d'information | Communiqués de presse | DVD de la CCDH | Clips engagés




Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.