Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






Antidépresseurs : encore un effet secondaire nuisible découvert !!



Les hommes qui prennent des antidépresseurs de type ISRS ont une concentration 18% moins élevée de spermatozoïdes intacts, selon des urologues new-yorkais.

Ces antidépresseurs ralentissent le mouvement des spermatozoïdes, et sont d'ailleurs utilisés pour traiter l'éjaculation précoce. Les chercheurs de l'Université Cornell pensent que cette lenteur leur permet d'accumuler davantage de dommages génétiques. L'étude, qui sera dévoilée en détail en novembre à un congrès de l'Association américaine de médecine reproductive, montre que la proportion de spermatozoïdes ayant des dommages génétiques passe de 14% à plus de 30%, un seuil jugé «cliniquement significatif». Les auteurs préviennent toutefois que les couples souffrant d'infertilité devraient discuter avec leur médecin avant que l'homme cesse de prendre des ISRS, à cause du risque de dépression et de suicide.

Encore une bonne raison de ne pas prendre d'antidépresseurs! Avec leur liste d'effets secondaires longue comme le bras, les antidépresseurs avaient déjà une mauvaise réputation bien méritée, due au nombre de suicides et de crimes qu'ils engendrent, et voici maintenant un nouvel effet secondaire réservé aux hommes...

Remercions les auteurs de cette découverte d'avoir pensé à nous prévenir que l'arrêt brutal de l'ISRS est très dangereux...



Mercredi 5 Novembre 2008
Lu 2166 fois

France


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: