Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






Avertissement: les effets de sevrage des médicaments psychiatriques peuvent persister durant des mois, voire des années, après leur arrêt



Beaucoup de gens qui ont pris des médicaments psychiatriques ont découvert que les effets de sevrage de ces derniers peuvent persister durant des mois, voire des années, après qu’ils cessent de les prendre. Les patients ne sont fréquemment pas avertis de ce fait, et on leur dit souvent qu’il s’agit tout simplement de symptômes de leur «trouble mental» qui réapparaissent. Pourtant, diverses études confirment qu’après l’arrêt de la prise de certains médicaments psychiatriques, les effets de sevrage peuvent durer plusieurs mois ou années.

Remarque: personne ne devrait arrêter de prendre des médicaments psychiatriques (antidépresseurs, antipsychotiques, médicaments anti-anxiété et médicaments pour THADA) sans être suivi par un médecin.

Le Psychotherapy and Psychosomatics Journal a publié en octobre 2012 une étude sur les effets de sevrage persistant six semaines après l’arrêt de la prise d’antidépresseurs ISRS. Les chercheurs ont examiné les effets indésirables rapportés par les patients entre février 2010 et septembre 2010 et ont découvert que les symptômes post-sevrage «peuvent durer plusieurs mois à plusieurs années». Les symptômes signalés étaient notamment les suivants: troubles de l’humeur, labilité émotionnelle, irritabilité et mauvaise tolérance au stress.

«Nous constatons, dans le tableau 1, qu’il est rare que les troubles post-sevrage qui persistent après six semaines de sevrage du médicament disparaissent spontanément et qu’ils sont suffisamment graves et invalidants pour que les patients reviennent à leur traitement médicamenteux antérieur. Lorsque leur traitement médicamenteux n’est pas repris, les troubles post-sevrage peuvent durer plusieurs mois ou années. Les symptômes persistants post-sevrage significatifs notés sont des troubles d’anxiété, notamment: anxiété généralisée et attaques de panique, insomnies tardives [à développement lent] et troubles dépressifs (dépression majeure, trouble bipolaire, etc.). Les symptômes post-sevrage les plus fréquemment rapportés en ligne sont: anxiété, troubles de l’humeur, dépression, sautes d’humeur, labilité émotionnelle, insomnie persistante, irritabilité, mauvaise tolérance au stress, troubles de la concentration et de la mémoire.»

Le Dr John Zajecka a rapporté, dans le Journal of Clinical Psychiatry, que l’agitation et l’irritabilité vécues par les patients qui cessent de prendre un antidépresseur ISRS pourrait causer «agressivité et impulsivité suicidaire». L’étude a signalé que «les symptômes de sevrage [d’un antidépresseur] rapportés duraient jusqu’à un mois».

Regardez cette vidéo: entretien de l’avocate Karen Barth Menzies sur les problèmes d’addiction et de sevrage des antidépresseurs. Mme Menzies travaille depuis plus d’une décennie sur le front des litiges concernant les antidépresseurs ISRI, menant le combat contre des compagnies comme GlaxoSmithKline, Pfizer et Eli Lilly dans des affaires impliquant un suicide induit par antidépresseur, des problèmes de sevrage et des malformations congénitales.



Mardi 30 Août 2016
Lu 7316 fois

Actualités | CCDH | Publications | Nos actions | En savoir plus | Internements psychiatriques | Electrochocs | Les enfants et la psychiatrie | Criminels et psychiatrie | L'histoire de la psychiatrie | Newsletter | Télévisions | Presse écrite | Radios | Statistiques


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: