Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






Des risques accrus


Les médicaments prescrits pour la « dépression » sont connus pour provoquer un comportement violent et suicidaire.


Aux Etats-Unis, le nombre de suicides chez les jeunes a triplé depuis 1960. Aujourd'hui, après les accidents de la route, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans. Depuis les années 90, on prescrit des antidépresseurs à des millions d'enfants. Les autorités américaines et britanniques ont récemment confirmé le lien entre ces substances et le suicide. En septembre 2004, une audience du congrès américain a révélé non seulement que ces médicaments étaient inefficaces chez les enfants, mais qu'ils pouvaient les conduire à un comportement violent et suicidaire.

En 2003, l’Agence de réglementation médicale anglaise a conseillé aux médecins de ne pas prescrire d’antidépresseurs ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) en dessous de 18 ans à cause des risques de suicide.

En 2004, la FDA a recommandé d’ajouter, sur les emballages d’ISRS, une mise en garde (« black box warning ») bien en vue concernant les risques suicidaires.

Mais en France, un antidépresseur vient de voir son indication étendue pour traiter les enfants de 6 à 17 ans qui seraient atteints de TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs). Ce médicament, d'après la notice, traite chez l'adulte des épisodes dépressifs majeurs et est maintenant prescriptible pour des enfants et adolescents. Selon l'avis de la Commission de l'Agence française pour les produits de santé dans une publication du 21 février 2001 : les seules études disponibles sont étrangères et permettent d'estimer la prévalence du TOC entre 1 à 2 % chez les adolescents.

En extrapolant ces données à la France et à la classe d'âge des 6-17 ans, la population cible pour cet antidépresseur serait comprise entre 92 000 et 183 000 enfants".



Vendredi 7 Novembre 2008
Lu 9580 fois

Actualités | CCDH | Publications | Nos actions | En savoir plus | Internements psychiatriques | Electrochocs | Les enfants et la psychiatrie | Criminels et psychiatrie | L'histoire de la psychiatrie | Newsletter | Télévisions | Presse écrite | Radios | Statistiques


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: