CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






Encore un psy violeur condamné


Les jurés ont condamné Pascal Reboulet, 55 ans, psychiatre à Mâcon, Saône-et-Loire, à 8 ans de prison, l'interdiction définitive d'exercer en tant que médecin ou psychothérapeute et l'inscription au fichier des auteurs d'infractions sexuelles, pour viol et agression sexuelle aggravés.


n effet, ce psychiatre avait une conception bien personnelle de la «thérapie psychocorporelle». Sur les douze femmes agressées, seules deux parties civiles ont été reconnues, car elles étaient venues chercher «une aide presque vitale auprès du psychiatre» à cause des traumatismes sexuels subis pendant leur jeunesse. Mais au lieu de leur donner cette aide, et en bafouant le serment d'Hippocrate, le Dr Reboulet leur avait imposé des rapports sexuels.

Il faut savoir qu'un examen de 800 condamnations de psychiatres, psychologues et psychothérapeutes sur une période de 6 ans a montré que 32% ont été condamnés pour crimes sexuels...

Selon une étude, plus de 10% des psychiatres et psychologues exerçant dans le monde entier admettent avoir abusé sexuellement de leurs patients; et selon une autre étude, ce pourcentage pourrait être de 25%.N'importe qui considérerait cette pratique comme un abus et une trahison, sauf le psychiatre : en effet, celui-ci est tellement persuadé qu'il est au-dessus des lois et qu'il ne risque rien, qu'il ose l'admettre, comme si c'était naturel !

Qu'en pensent les 250 000 victimes (connues), dont 14% ont essayé de se suicider à la suite du viol ou de la trahison dont elles ont fait l'objet ?

La loi est la même pour tous : à force de se faire condamner, les psychiatres finiront bien par l'admettre.



Mardi 9 Février 2010
Lu 2911 fois

France




Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.