CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






Encore une conséquence dramatique des "traitements" psychiatriques ?


Il était suivi pour des troubles mentaux et pourtant on a retrouvé chez lui 10 armes à feu, des couteaux de chasse et une centaine de boîtes de munitions. Le 9 mars dernier, un homme de 45 ans a semble-t-il été tué dans le 13e arrondissement suite à des échange de tirs avec des policiers du BRI.


Vers 8h30, l'individu, qui souffrait visiblement de schizophrénie et avait arrêté de suivre son traitement médical, a tiré dans le dos d'un passant « sans raison apparente », boulevard Auguste-Blanqui.

Il s'est ensuite retranché chez lui et a pris en otage sa mère avec qui il vivait dans un immeuble situé en face de la bouche de métro Corvisard. Un policier a été blessé. Et comme il ne répondait plus à leurs appels, les policiers ont décidé d'intervenir vers 12h30. Le forcené était déjà décédé dans l'appartement.

Doit-on chercher l 'explication d'un tel acte dans l'incompétence et dans le refus de se remettre en cause de certains "experts" du mental, et/ou, encore pire, dans la relation plus que trouble et non éthique existant entre la psychiatrie et les empires pharmaceutiques ?

Source de l'article :
20minutes.fr/article/309297/Paris-Le-forcene-possedait-Une-dizaine-d-armes.php



Jeudi 26 Mars 2009
Lu 1858 fois

France




Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.