Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






Étiquetages psychiatriques dévastateurs


Le nombre de personnes traitées en psychiatrie ne cesse d'augmenter dans notre pays. Le projet de loi sur la psychiatrie, risquant d'être voté prochainement, pourrait aggraver cette situation.
La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme manifestera le samedi 16 avril 2011 de 16h à 17h30 sur la Place de la Bastille à Paris pour dénoncer les abus psychiatriques.


Étiquetages psychiatriques dévastateurs
De plus en plus de personnes sont aujourd'hui étiquetées d'une « maladie mentale ». En fait, chaque comportement humain est redéfini en tant que trouble mental.

Par exemple, la timidité que peut ressentir une personne s'exprimant en public s'appelle le « trouble d'anxiété social ».
Avoir un accès de colère durant quelques secondes, comme au volant d'une voiture, est le « trouble explosif intermittent ».
Le fait d'être un peu morose en hiver, et plus joyeux en été se nomme le « trouble de l'humeur à caractère saisonnier ».

Ces troubles mentaux sont répertoriés dans le DSM, manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Depuis sa première édition, en 1952, le nombre de maladies mentales ne cesse d'augmenter. A cette époque, le manuel en répertoriait 112. La dernière édition, sortie en 1994, comporte 374 troubles.

Ainsi l'étiquetage psychiatrique devient plus facile. Le nombre de clients potentiels augmente, aux profits des psychiatres et laboratoires pharmaceutiques.

Cet étiquetage de plus en plus important de la population n'est pas sans conséquence.
De plus en plus de personnes consomment des drogues psychiatriques pouvant être mortels.

Certains de ces médicaments peuvent entraîner une forte dépendance ainsi que de graves effets secondaires tels que des comas, des hallucinations, des comportements agressifs et suicidaires.

En 2008, plus de 246 millions de boîtes de psychotropes ont été vendues dans le pays.
Plus de 20 000 enfants prennent des antidépresseurs. Cette situation place les Français numéro en consommation de psychotropes en Europe.

La situation risque d'être aggravée par le vote d'un projet de loi sur la psychiatrie. Ce dernier vise à mettre en place des traitements psychiatriques de force à domicile. Chaque citoyen est menacé.
Cette loi, menaçant nos libertés fondamentales, a été récemment adoptée par l'Assemblée Nationale.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme, dénonçant les abus psychiatriques depuis plus de 35 ans en France, se bat contre ce projet de loi et demande à ce qu'il ne soit pas voté.

Pour plus d'informations, visitez le site de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez nous par téléphone au 01 40 01 09 70, ou au 06 28 06 59 16, ou par email à ccdh@wanadoo.fr.



Mercredi 13 Avril 2011
Lu 736 fois

Spots d'information | Communiqués de presse | DVD de la CCDH | Clips engagés


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: