CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH

In the Same Room (Entre 4 murs)


CCDH a réalisé cette vidéo après avoir été inspirée par cette magnifique chanson produite et interprétée par Jon Statham de Nashville au Tennessee, un fervent supporter de CCDH. Grand merci à lui pour cette chanson au message percutant !


Veuillez SVP partager cette chanson que j'ai composée pour faire prendre conscience du danger qu'il y a à droguer les enfants avec des médicaments psychiatriques.

Jon


http://jonstatham.com/
Allons-nous laisser remplacer le bon sens et l’éducation des parents, par des diagnostics psychiatriques dopant nos enfants sous prétexte qu’ils ne « suivent pas à l’école », ou font montre « d’un peu trop d’énergie » ? Si le futur de nos enfants nous importe, la question ne se pose même pas !

Aujourd’hui, en France, 6% des enfants qui naissent ont une mère qui est sous psychotropes (Rapport INSERM 2012). Ils naissent tout simplement drogués et, comme si cela ne suffisait pas, les psychiatres se penchent sur leur berceau en continuant le traitement sur eux. Administrer des drogues aussi puissantes à des enfants en bas âge, avec leurs effets secondaires dévastateurs, dépasse l’entendement.

Il est indispensable de renforcer les lois limitant les prescriptions de Ritaline®, Concerta®... afin d’éviter aux générations futures un appauvrissement exponentiel de leurs capacités intellectuelles. Nos enfants n’ont pas besoin de drogues psychiatriques et autres béquilles chimiques pour s’épanouir ou pour réussir dans la vie. Qu’arrive-t-il à notre société ? Allons-nous laisser gâcher le potentiel de nos futurs artistes, virtuoses, scientifiques et penseurs en les rendant totalement dépendants, ne pouvant plus envisager de faire quoi que ce soit sans l’assistance d’une pilule... ou bien allons-nous agir ?

Pour en savoir plus nous vous invitons à vous reporter au Déchaîné n°8.



Dimanche 21 Juin 2020
Lu 1001 fois

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH

Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits. CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.