CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






Incompréhension


Le témoignage d'une élève infirmière en stage en psychiatrie


Je suis actuellement en stage en psychiatrie dans un CHS dans le cadre de mes études d'infirmière et grande est ma tristesse et mon incompréhension devant les traitements utilisés en psychiatrie. Quelle valeur thérapeutique à la MCI depuis plus de deux mois pour un jeune homme de 23 ans ; quelle dignité reste-t-il à des hommes enfermés comme des bêtes à longueur de journée dans des locaux de 10m². Si l'on n'est pas "fou" (qu'est-ce que la folie???) en entrant à l'hôpital, je pense que l'on n'a pas d'autre choix que de le devenir tellement la réalité de la nature humaine est dure à tolérer.
 

Les gens en souffrance psychique sont déjà tellement blessés par la vie qu'il me parait bien inhumain de rajouter encore à leur souffrance.
 

Les traitements, s'ils peuvent soulager des symptômes, n'ôtent en rien la souffrance tapie dans l'ombre et contribue à mon avis à la chronicisation du mal de vivre.
 

Tant de réalités qui sont bien difficiles pour moi à supporter : je me sens bien seule quand tous les gens rencontrés ont l'air d'être convaincus des bienfaits de l'enfermement et de l'effacement des émotions. Je pleure, je pleure face à toute cette douleur et je me sens bien désarmée.




Mercredi 14 Janvier 2015
Lu 8772 fois

Témoignages


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.