Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






L'avis des experts



Ugo Cerletti - psychiatre, Inventeur des électrochocs.

"Lorsque j'ai vu la réaction du patient, je me suis dit: "Ca devrait être aboli."

Dr Henri Grivois - psychiatre Hotel-Dieu à Paris

"Certains ont l'électrochoc facile et le prescrivent quand ils ne savent pas quoi faire."

Professeur BARUCK, membre de l'Académie Nationale de Médecine. Extrait de "Mémoires d'un neuro-psychiatre"

"En général, le malade ne se souvient de rien, au fond, il s'agit ni plus ni moins d'une crise d'épilepsie provoquée par l'électricité. Il bénéficie donc si j'ose dire, de l'amnésie qui caractérise cette maladie.

On s'aperçoit cependant que les sujets soumis à l'électrochoc sont pris d'une véritable panique lorsqu'ils voient approcher d'eux des appareils rappelant ceux de l'électrochoc. Pourtant, ils ne devraient pas en avoir conscience puisque, le plus fréquemment, on les endort au préalable avec une injection intraveineuse. Or, leur terreur est indicible, bien qu'ils ne sachent pas en principe qu'ils ont subi ce traitement. Si donc la peur n' a pas envahi la conscience, du moins elle a pénétré dans les tissus...

D'autre part , si les électrochocs abrègent les états dépressifs, ils favorisent le retour de certaines crises. En effet, la stimulation violente qu' elle provoque entraîne brusquement le malade de la dépression à l’euphorie et même à l’excitation. L'augmentation de ces oscillations accélère le développement de ces accès, surtout lorsqu'ils sont périodiques.

Les phases de dépression et d’excitation sont plus courtes mais aussi plus rapprochées. En accroissant la fréquence, l'électrochoc aggrave la maladie qu'il semble abréger. Enfin, la secousse de l'électrochoc peut entraîner des vasoconstrictions brusques des vaisseaux cérébraux qui, chez des sujets fragiles, peut
entraîner soit des hémorragies cérébrales comme l’a rapporté le Professeur HALPERN (de Jérusalem), soit de petites hémorragies capillaires.

J'ai donc été amené à m'élever vigoureusement contre cette méthode de l'électrochoc qui n'a jamais été utilisée dans mon service, et j'ai montré que sans l’utiliser, on peut soigner les malades par d'autres méthodes plus fructueuses, plus humaines et moins dangereuses !"


Docteur Thomas SZASZ, Professeur de psychiatrie, co-fondateur de la CCDH :

"C'est de la barbarie. Je ne l'ai jamais utilisé et je ne voudrais jamais l'utiliser. Je ne peux même pas imaginer que je pourrais le recommander. Si quelqu'un me questionnait à ce sujet, j'avancerais que les neurologues font tout leur possible pour empêcher des attaques chez les personnes qui sont atteintes d’épilepsie, car chaque fois qu'une personne a une attaque, son cerveau est endommagé. Cependant, les psychiatres affirment que le fait de provoquer une attaque est une forme de traitement. Mais alors, l'histoire de la médecine est rempli d'exemples de ce qu'on appelle des cures qui étaient en fait nuisibles".

Dr Breggin, psychiatre :

"Depuis 40 ans, on a accumulé une masse impressionnante de preuves qui démontrent que l'électrochoc endommage le cerveau et entraîne son dysfonctionnement. "

"Une convulsion généralisée laisse l'être humain dans un état où tout ce qui contribue à faire sa personnalité a été anéanti. La stupeur, la confusion et le dysfonctionnement mental total dont le sujet est atteint après un seul électrochoc sont tels qu'il est incapable d'écrire correctement son nom pendant les 20 à 30 minutes qui suivent le traitement."


Dr H. Arnold

"Il faut garder à l'esprit que l'objectif de l'électrochoc est la destruction des cellules nerveuses. Autrement dit, la production d'une lésion cérébrale contrôlée".

Dr L. Vilov

"On peut affirmer que l'utilisation continue d’électrochocs est non éthique et source potentielle de hasard médico-légal".

Dr M. Korenberg

"Un autre effet des électrochocs est la perte de mémoire qui persiste plusieurs années après. Un autre effet à long terme est l'incapacité à apprendre. Une étude, poursuivie pendant 15 ans après un traitement aux électrochocs, a conclu que les chocs causaient des dégâts irréversibles au cerveau."

Dr J. Maurice Grimes

"Dans les cas d'amnésie causée par les chocs électriques, le niveau intellectuel est baissé dans son ensemble."



Lundi 28 Décembre 2015
Lu 11158 fois

Actualités | CCDH | Publications | Nos actions | En savoir plus | Internements psychiatriques | Electrochocs | Les enfants et la psychiatrie | Criminels et psychiatrie | L'histoire de la psychiatrie | Newsletter | Télévisions | Presse écrite | Radios | Statistiques


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: