CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






La CCDH dans les rues de Paris pour que les psychiatres ne droguent plus nos enfants !


Une grande marche contre le dépistage des troubles mentaux dans les écoles et la mise sous camisole chimique des enfants, a eu lieu le samedi 14 juin 2014 à Paris, entre Montparnasse et Saint-Michel. Organisée par la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme, la manifestation a réuni plusieurs centaines de personnes (victimes, familles, professionnels, etc)


En 2005, l’Inserm publiait une expertise sur le « trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent ». Le rapport préconisait "le repérage des perturbations du comportement dès la crèche et l’école maternelle" pour éviter la survenue de comportements délinquants à l’adolescence.

 

Ce rapport avait suscité de vives réactions de nombreuses associations dont la CCDH, tant les propositions de l'expertise étaient de nature hygiénistes et dangereuses pour les prochaines générations.

 

Un projet de loi avait à cette époque vu le jour. Un « carnet de comportement » devait être mis en place dès la maternelle...

 

Grâce à la mobilisation de nombreux citoyens, professionnels de santé et associations, le projet de loi avait été annulé.

 

Mais, au vue de la situation actuelle et des nouvelles menaces pesant sur nos enfants, la CCDH se mobilise une fois de plus pour faire cesser les abus en matière de dépistage et prescriptions de Ritaline aux enfants.

 

Voici les faits :

 

De plus en plus d'enfants sont diagnostiqués « hyperactifs » (TDAH) et se voient prescrire un psychostimulant aux effets secondaires dangereux : la Ritaline (augmentation de 70% des prescriptions en 5 ans).

 

Les effets secondaires de la Ritaline sont : dépression, agressivité, hallucinations, insomnie, comportements violents, tension artérielle et modification du rythme cardiaque, idées suicidaires et bien plus encore...

 

Le TDAH ne repose sur aucune base scientifique, mais uniquement sur des symptômes tels que : inattention aux détails, négligence dans le travail scolaire, bavardages trop récurrents, tendance à interrompre les autres dans les conversations, difficultés à rester attentif, courir ou se lever de façon agitée. 

 

Certains parents sont menacés par l'école et le pédopsychiatre pour mettre leur enfant sous Ritaline sous peine de saisir les services sociaux.

 

Un lobbying intensif est actuellement organisé à l'Assemblée nationale pour mettre en place des dépistages psychiatriques systématiques dans les écoles.

 

Plusieurs groupements de psychiatres et pédopsychiatres veulent instaurer des services de dépistage des troubles des nouveau-nés dans toutes les grandes maternités françaises...

 

Cela nous ramène quelques années en arrière... Sauf que cette fois-ci, nous ne parlons plus de dépistage dès la maternelle mais dès la naissance...

 

En tant que parent, ou simple citoyen, notre devoir est d'informer notre entourage sur ce fléau grandissant car le danger est grand et trop d'enfants en pâtissent.

 

Pour plus d'informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez-nous par téléphone au 01 40 01 09 70 ou par email à ccdh@wanadoo.fr. 






Samedi 3 Janvier 2015
Lu 922 fois

Actualités | CCDH | Publications | Nos actions | En savoir plus | Internements psychiatriques | Electrochocs | Les enfants et la psychiatrie | Criminels et psychiatrie | L'histoire de la psychiatrie | Newsletter | Télévisions | Presse écrite | Radios | Statistiques


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.