CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH

Le scandale des benzodiazépines


Un scandale sur les risques des benzodiazépines éclate en France. Cette classe de médicaments psychiatriques favoriserait la maladie d'Alzheimer.
La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme manifestera le samedi 8 octobre 2011 à Paris pour dénoncer les dangers des drogues psychiatriques.


Le scandale du Mediator avait déjà mis en lumière les défaillances du système de pharmacovigilance et de l'agence des médicaments en France.
Aujourd'hui les médicaments psychiatriques sont également dans le collimateur.

Plusieurs études dans le monde ont été menées au cours des vingt dernières années sur les benzodiazépines et ont prouvé que cette substance pouvait avoir de graves conséquences sur la cognition, et même favoriser la maladie d'Alzheimer.
L'étude la plus récente a été menée par le professeur Bernard Bégaud à l'Inserm de Bordeaux, et conclue que 16 000 à 31 000 cas d'Alzheimer chaque année seraient dus à la prise de benzodiazépines.

Les benzodiazépines sont présentes dans les anxiolytiques et les somnifères.
Ainsi plusieurs psychotropes sont mis en cause : Valium, Témesta, Xanax, Lexomil, Stilnox, Mogadon, Myolastan, Nordaz, Tranxène, Seresta et Imovane. Ces 11 médicaments représentent à eux seuls plus de 15 millions de prescriptions par an en France. (Source : Sciences et Avenir)

Plusieurs articles du code de la santé publique encadrent la prescription de cette classe de psychotropes : la durée limite est de douze semaines pour les anxiolytiques et de deux semaines pour les hypnotiques et somnifères.
Pourtant la loi n'est pas respectée. Dans la plupart des cas, ces médicaments sont prescrits de manière excessive, pouvant aller jusqu'à plusieurs années de traitement.

Les benzodiazépines sont également susceptibles de provoquer une forte dépendance. Le sevrage de ces médicaments peut s'avérer difficile et dangereux.

Des millions de personnes sont touchées par la maladie d'Alzheimer dans notre pays. La consommation abusive de ce type de psychotropes est dangereuse pour notre santé.

Malgré plusieurs études aux résultats alarmants, les autorités de santé n'ont pris aucune mesure visant à restreindre l'utilisation des benzodiazépines.

La vente d'anxiolytiques et de somnifères représente un chiffre d'affaire de plus de 200 millions d'euros par an. (Source : Afssaps)

Des conflits d'intérêts seraient-ils également en jeu dans ce nouveau scandale pharmaceutique ?

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme dénonce les abus psychiatriques depuis plus de 35 en France. L'association est contactée par de nombreuses victimes des traitements psychiatriques chaque semaine.

Pour plus d'informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez nous par téléphone au 01 40 01 09 70 ou au 06 28 06 59 16, ou par email à ccdh@wanadoo.fr



Lundi 28 Décembre 2015
Lu 1668 fois

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH

Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits. CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.