Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






Les aveux du Dr. Franck Schneider, Président de l'Association allemande de psychiatrie


Ci-dessous se trouvent les extraits d’un discours commémoratif prononcé par le professeur Dr. Franck Schneider (Aachen), Président de l'Association allemande de psychiatrie, le 23 novembre 2010.
Au nom de l'Association, le Docteur Schneider, présente ses excuses auprès des familles, pour l'extermination des malades mentaux orchestrée par les psychiatres nazis.


« Mesdames et messieurs,

Durant la période du National Socialisme, les psychiatres ont condamné des personnes, les ont trahis et leur ont mentis malgré la confiance qu'elles avaient placé en eux. Ils ont stérilisé des patients de force, les ont tués, et ont aussi détruit leur personnalité. Des recherches injustifiables ont été faites sur des patients, recherches qui les ont blessés ou tués.

Pourquoi avons-nous mis tant de temps pour faire face publiquement à ces faits et à notre rôle dans l'histoire ? ......

Nous avons aussi honte car nous, l'Association Allemande de Psychiatrie, ne nous sommes même pas tenus au côté des victimes après 1945. Pire encore : nous avons de nouveau été coupables de discrimination et de préjudice à leurs égards.

....L'association allemande de psychiatrie, de psychothérapie et de neurologie a décidé de tenir cet événement commémoratif pour marquer ses fermes intentions soutenues par la volonté de reconnaître l'existence de victimes et de se tenir à leur côté, d'avouer sa propre histoire, et de prendre connaissance de son passé.

...Tout cela s'est passé lorsque les recherches de la psychiatrie étaient de plus en plus orientées vers l'eugénisme et l'hygiène raciale......

....La stérilisation sur des bases eugéniques fut aussi préconisée dans d'autres pays du monde. Cependant en Allemagne, la loi autorisait aussi la stérilisation contre la volonté de l'individu...

....Mais il n'y avait pas que des stérilisations forcées, ils y avaient aussi des meurtres. Déjà dans les années 1920, sous la pression de la première guerre mondiale et de la crise économique mondiale, le malade était devenu un élément coûteux..... C'est un psychiatre, Alfred Erich Hoche, qui a inventé ... l'acceptation de « l’indignité à vivre sa vie » ....pour désigner les personnes sévèrement handicapées, qui étaient considérées comme indignes de vivre, car elles étaient considérées comme un fardeau trop lourd à porter et par conséquent, un poids pour la société....

...Cinquante experts choisis, parmi les psychiatres renommés de l'époque, évaluaient les formulaires envoyés par les psychiatres des cliniques. Ils choisissaient et décidaient de la vie ou de la mort. Ces experts comptaient parmi eux Werner Villinger, Friedrich Mauz et Friedrich Panse, tout trois présidents de notre association après la guerre....

Les patients étaient amenés dans des bus gris, le symbole de leur mort, depuis les institutions mentales et de santé à l'un des six instituts psychiatriques, où des chambres à gaz avaient été établies. Les instituts mentaux devinrent des instituts d'extermination. La guérison devint l'extermination....

...L'impensable est que les psychiatres en soient arrivés à tuer les patients qui leur ont été confiés pour être guéris et soignés. Cela semble impensable qu'ils les aient sélectionnés et qu'ils aient personnellement supervisé leur meurtre d'une façon médicale, scientifique, pseudo scientifique : le meurtre d'enfants, d'adultes et de personnes âgées....

Il est arrivé après la guerre ce qui est arrivé dans beaucoup d'autres pays que l'Allemagne. Ces sujets furent étouffés. Les associations professionnelles de psychiatrie, tout comme les psychiatres (sauf quelques exceptions .....) n'ont pas avoué ce qui s'est passé. Et aujourd'hui, nous en sommes honteux et abasourdis.

....Il y a eu le démarrage de tentatives d'éclaircissement mais elles ont été empêchées....

...La loi sur la santé héréditaire a été annulée seulement en 1974. Mais dans les faits, elle continua d'exister. En 1988, le parlement Fédéral a déclaré que les stérilisations forcées basées sur la loi de la santé héréditaire étaient une injustice nazie. Dix ans plus tard, le parlement Fédéral a décidé d'annuler les décisions des tribunaux de santé héréditaire. Mais c'est seulement en 2007 que la loi sur la prévention des enfants malades héréditaires a été proscrite et interdite par le parlement fédéral.

....Et à l'exception de quelques personnes, une vaste majorité de psychiatres allemands et de membres de nos associations de recherche et de science ont participé à la préparation, l'exécution et la légitimation scientifique de la sélection, de la stérilisation et du meurtre des patients....

...Au nom de l'association allemande de psychiatrie, de psychothérapie et de neurologie, je vous demande à vous, les victimes et à vos familles de nous pardonner pour la souffrance et l'injustice qui vous ont été infligées sous le régime nazi au nom de la psychiatrie allemande et des psychiatres allemands, ainsi que pour ce trop long silence, ce dénigrement et ce refus de parler des psychiatres allemands depuis ce moment.... »

Prof Dr. Frank Schneider (Aachen)
Président de l'Association Allemande de Psychiatrie, de Psychothérapie et de Neurologie (DGPPN)

Sources :
www.noz.de/deutschland-und-welt/politik/49406046/gedenken-an-opfer-der-ns-euthanasie

www.focus.de/gesundheit/ratgeber/psychologie/news/tid-20569/drittes-reich-deutsche-psychiatrie-bekennt-sich-zu-graeueltaten_aid_575920.h/



Lundi 28 Décembre 2015
Lu 1368 fois

Spots d'information | Communiqués de presse | DVD de la CCDH | Clips engagés


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: