Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






Les benzodiazépines se sont invitées au 11ème Congrès de Médecine Générale


Les bénévoles de la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme (CCDH) ont organisé une distribution de livrets sur les dangers des benzodiazépines et autres psychotropes, lors du 11ème Congrès de Médecine Générale, le samedi 1er avril entre 10h et 11h30, devant le Palais des Congrès à Paris.


Le 11ème Congrès de Médecine Générale de France s'est déroulé du 30 mars au 1er avril 2017 au Palais des Congrès à Paris. Plus de 4600 professionnels de santé : médecins généralistes, internes, étudiants, etc. y étaient attendus. Lors de ce congrès, une conférence sur les benzodiazépines (catégorie de psychotropes comprenant les somnifères et les anxiolytiques) a eu lieu le samedi 1er avril.
 
Les Français sont parmi les plus gros consommateurs de somnifères au monde. En 2015, plus de 114 millions de boîtes de benzodiazépines ont été remboursées par la Sécurité Sociale en France, pour un montant de 136 millions d'euros.
 
Les médecins généralistes sont d'ailleurs les plus gros prescripteurs de médicaments psychiatriques en France.
 
La CCDH a sensibilisé les médecins généralistes présents lors de ce Congrès au vu de la surconsommation de benzodiazépines en France et des risques encourus pour leurs patients.
 
Depuis le 1er décembre 2014, la Haute Autorité de Santé a décidé que 10 benzodiazépines ne seraient plus remboursées qu'à 15% au lieu de 65% en raison de leur manque d’efficacité et de leurs risques trop importants. Cette décision faisait suite à un rapport de la commission de transparence.
 
En effet, environ 20% des effets indésirables de ces médicaments sont des affections du système nerveux (somnolence, coma, perte de conscience, etc) et environ 15% sont des affections psychiatriques (trouble du comportement, hallucination, confusion, agitation, etc).
 
De plus, d'après le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, la Sécurité routière et la Direction générale de la Santé : « En France, 3.4% des accidents mortels de la route sont attribués à une prise de médicaments ». Dans la moitié des cas, les molécules en cause appartiennent à la classe des benzodiazépines (anxiolytiques ou somnifères). Ces trois entités ont d'ailleurs lancé, le 22 mars 2017, une campagne de sensibilisation pour le grand public, sur les risques que représentent ces médicaments au volant.
 
D'ailleurs, un nouvel arrêté au Journal Officiel, daté du 18 mars 2017, vient de modifier la liste des médicaments présentant des risques pour la conduite. Les benzodiazépines sont passés de la catégorie 2 (« Soyez très prudent. Ne pas conduire sans l'avis d'un professionnel de santé ») à la catégorie 3 (« Attention danger : ne pas conduire. Pour la reprise de conduite, demandez l'avis d'un médecin »).
 
Ainsi, la CCDH était présente aux abords du Congrès de médecine générale à Paris afin d'informer les jeunes étudiants en médecine et les médecins généralistes sur la nécessité de faire diminuer la consommation de leurs patients, en mettant en œuvre les recommandations émises par le Collège national des généralistes enseignants (CNGE), à savoir :
  • Limiter la durée de prescription initiale,
  • Privilégier les alternatives non-médicamenteuses,
  • Aider au sevrage.
 
La CCDH est une association spécialisée dans la protection des droits de l’Homme dans le domaine de la santé mentale. Elle dénonce depuis plus de 40 ans en France les effets secondaires des anxiolytiques, benzodiazépines, antidépresseurs et autres psychotropes dangereux.
 



Vendredi 7 Avril 2017
Lu 1970 fois

Actualités | CCDH | Publications | Nos actions | En savoir plus | Internements psychiatriques | Electrochocs | Les enfants et la psychiatrie | Criminels et psychiatrie | L'histoire de la psychiatrie | Newsletter | Télévisions | Presse écrite | Radios | Statistiques


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: