CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






Les psys sont-ils à la recherche d'un nouveau marché ?


Depuis peu, la France a légalisé les paris hippiques et sportifs, ainsi que le poker, sur Internet. Quelques semaines après, les « spécialistes » de l'addiction s’inquiètent car le nombre de joueurs pathologiques en France est évalué à 600 000 personnes.


Claude Olievenstein, qui avait fondé le centre médical Marmottan à Paris, était très réservé sur la question de l’addiction sans drogue.

Mais selon son successeur, le psychiatre Marc Valleur, comme pour d’autres psychiatres addictologues, les jeux en ligne vont créer de vraies pathologies.

Toujours d’après les « spécialistes », on sait que l’on est devenu «accro» quand on se dit «c'est plus fort que moi», et alors il faudrait consulter. Le traitement consisterait à découvrir les troubles psychiques sous-jacents (dépression, addiction à l'alcool ou au tabac) pour les traiter, notamment, par une psychothérapie comportementale.

Et c’est là que ça devient inquiétant : en effet, le traitement des troubles psychiques par les psychiatres étant un échec reconnu depuis longtemps, on sait très bien que, lorsque la psychothérapie comportementale aura échoué, le patient se verra prescrire des psychotropes pour « l’aider » à combattre son addiction. Or c’est aussi un fait reconnu depuis longtemps que ces « médicaments » vont au contraire diminuer la volonté du patient, et donc l’enfoncer davantage : peut-être qu’effectivement il ne sera plus « accro » aux paris sur Internet, mais c’est parce qu’il n’aura plus d’intérêt à quoi que ce soit…




Dimanche 18 Juillet 2010
Lu 1596 fois

Spots d'information | Communiqués de presse | DVD de la CCDH | Clips engagés


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.