Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






Lundi 29 juin de 18h à 19h devant le Palais des Congrès Porte Maillot


Manifestation contre le 9e congrès mondial de psychiatrie biologique qui se tient au Palais des Congrès du 28 juin au 2 juillet pour dénoncer les liaisons dangereuses entre psychiatres et laboratoires pharmaceutiques.


La Commission des citoyens pour les Droits de l'homme demande aux organisateurs d'annuler les interventions de 2 psychiatres devant s'exprimer au cours de ce congrès. Ces deux psychiatres sont en effet sous le coup d'une enquête officielle dans leur pays car ils sont soupçonnés d'avoir dissimulé des sommes importantes versées par des laboratoires pour promouvoir des drogues psychiatriques.


Joseph Biederman, chef du programme de recherche en psychopharmacologie pédiatrique à Boston aux Etats-Unis aurait touché, entre 2000 et 2007 , 1,1 million d'euros directement de laboratoires pharmaceutiques mais n'en aurait pas averti ses autorités universitaires, ce qui est contraire à la loi et à l'éthique professionnelle. Il se retrouve sous investigation par le Congrès américain et l'institut américain d'enquête pour la santé en raison des conflits d'intérêt qu'il a omis de signaler. On considère que la campagne de promotion qu'il a mené pour populariser le diagnostic de "bipolaire" pour les enfants a largement contribué à la forte augmentation du nombre d'enfants sous psychotropes, et plus particulièrement sous antipsychotiques, les plus puissants de ces "médicaments". 2,5 millions d'enfants américains prennent ce type de drogues psychiatriques. D'après des documents présentés à la Cour et récemment publiés, il semblerait que Biederman aurait promis au laboratoire Johnson et Johnson avant même de mener son étude que celle-ci allait prouver que leur drogue Risperidone était efficace sur les enfants en bas âge. Biederman animera demain à Paris une conférence ayant pour thème "le TDAH (hyperactivité) chez les adultes".


Le docteur Thomas Spencer, collègue de Biederman à Boston et Professeur associé à la célèbre Harvard Medical school aurait lui aussi "oublié" de déclarer 710 000 euros reçus de la part de laboratoires entre 2000 et 2007. A Paris cette semaine, il animera plusieurs séminaires, également sur "le TDAH chez les adultes".


La CCDH déposera ce lundi une requête auprès du Professeur Siegfried Kasper, Président du Congrès mondial qui a lieu à Paris et Président de l'Association mondiale de psychiatrie biologique. Cette requête signée par la Présidente de la Citizen Commission on Human Rights International, Madame Jan Eastgate, demande que les interventions de ces deux psychiatres soient annulées, afin que l'éthique médicale et la loi soient respectées. Si ces interventions sont maintenues, une centaine de membres de la Commission des citoyens pour les droits de l'homme France manifesteront ce lundi de 18h à 19h devant le congrès de psychiatrie Porte Maillot pour dénoncer ce qui serait l'immoralité d'une grande foire aux psychotropes. Cela confirmerait les diverses informations publiées dans la presse française (Books, l'Express, UFC Que Choisir) sur le fait que des psychiatres sont corrompus par les laboratoires pour inventer de nouvelles maladies et promouvoir des drogues dangereuses pour les patients.


Pour toute information, contactez CCDH au 01 40 01 09 70 ou au 06 82 88 76 03.



Dimanche 5 Décembre 2010
Lu 2146 fois

Manifestations | Expositions | Journées d'action | Conférences | Raid à vélo | Campagne d'information


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: