CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






Maltraitance au Centre Psychothérapique de Laxou : manifestation contre les abus psychiatriques ce samedi devant l’hôpital


La Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme manifestera devant les portes du Centre Psychothérapique de Laxou le samedi 15 septembre entre 11h et 11h45 afin de dénoncer les traitements inhumains et dégradants pratiqués au sein de l'établissement.

En janvier 2017, France bleu annonçait qu'une famille de la ville de Nancy attaquait en justice cet établissement et pour cause, un patient du Centre psychothérapique avait été admis aux urgences dans un état inquiétant à la suite de trois semaines d'isolement.


La sœur du patient témoigne que : « Suite à une erreur de dosage de traitement, survenue le mois dernier, il a fait une rechute entraînant des épisodes psychotiques. Il a donc été mis à l'isolement pendant trois semaines, trois semaines sans contact extérieur, sans que la famille ne puisse être renseignée du moindre élément. On a demandé s'il y avait un problème et on nous disait que tout allait bien. Puis, ce week-end, on nous informe qu'il est admis aux urgences. Et c'est là qu'on découvre l'horreur. Mon frère est méconnaissable, c'est un vrai légume, il a été attaché, il est couvert d'escarres, il n'a pas été soigné. Sa langue est couverte de croûtes. On se demande bien ce qui a pu se passer pendant ces quinze derniers jours ? Quel traitement lui a-t-on administré ? On ne sait rien, on ne veut rien nous dire. »
 
Le tuteur et frère du patient déclarait quant à lui que : « On n'en restera pas là ! Son foie a été attaqué, ses reins aussi, le cerveau... Il ne marche plus aujourd’hui, alors qu’il se tenait droit quand il est entré ici au CPN. En principe, quand on entre dans un hôpital, c’est pour en sortir mieux et là je retrouve mon frère aux urgences. Il faut qu’on sache ce qui s’est passé. Nous sommes en droit de savoir. C’est pour cela qu’on ne lâchera rien. »
 
Le Centre Psychothérapique de Laxou a enfreint les dispositions de l'Article L3222-5-1 du Code de la Santé publique qui dit que : « L'isolement et la contention sont des pratiques de dernier recours. Il ne peut y être procédé que pour prévenir un dommage immédiat ou imminent pour le patient ou autrui, sur décision d'un psychiatre, prise pour une durée limitée. Leur mise en œuvre doit faire l'objet d'une surveillance stricte confiée par l'établissement à des professionnels de santé désignés à cette fin. (...) »
 
D'après France bleu, la famille avait alors décidé de porter plainte auprès du procureur de la République et de saisir le contrôleur des lieux de privation de liberté.
 
La CCDH s'inquiète de constater un tel manquement et non-respect de la loi relative aux soins sous contrainte en psychiatrie. C'est ainsi qu'elle se rendra devant les portes du Centre Psychothérapique de Laxou afin de dénoncer ces abus et atteintes aux droits des patients les plus fondamentaux.
 
La CCDH est une association spécialisée dans la protection des droits de l’Homme dans le domaine de la santé mentale. Elle reçoit chaque semaine des dizaines de témoignages de famille et de victimes abusées. Depuis plus de 40 ans, elle dénonce les pratiques inhumaines et dégradantes de la psychiatrie et œuvre pour le respect des droits et de la dignité des patients.
 
Pour toute information, contactez la Présidente de la Commission des Citoyens pour les Droits de l’Homme au 01.40.01.09.70 ou par e-mail : info@ccdh.fr
www.ccdh.fr



Mardi 11 Septembre 2018
Lu 297 fois

Actualités | CCDH | Publications | Nos actions | En savoir plus | Internements psychiatriques | Electrochocs | Les enfants et la psychiatrie | Criminels et psychiatrie | L'histoire de la psychiatrie | Newsletter | Télévisions | Presse écrite | Radios | Statistiques


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.