Les droits des patients Accueil CCDH

Comment faire annuler

une mesure de soins psychiatriques
sous contrainte

solution

CCDH a récolté une liste de jurisprudences !


Effet indésirable

causé par un psychotrope ?

Voici comment en faire la déclaration

psychotrope

Cette déclaration est essentielle

pour la sécurité des patients !






Manifestation de la CCDH contre le Congrès français de psychiatrie !


Manifestation de la Commission des Citoyens pour les droits de l'Homme (CCDH) contre le Congrès français de psychiatrie le samedi 2 décembre de 12h à 13h30 devant le Centre de Congrès à Lyon.

Les manifestants se rendront ensuite devant le Centre psychothérapique de l’Ain à Bourg-en-Bresse pour dénoncer les mauvais traitements et les pratiques inhumaines et dégradantes qui y sont pratiquées et rendre hommage à la patiente octogénaire retrouvée morte dans le lac de l’établissement ce lundi.


Le congrès national de psychiatrie compte promouvoir les pratiques inhumaines et dégradantes, appelées « traitements », utilisées au quotidien dans les hôpitaux psychiatriques français pour s’assurer que toujours plus de français, que ce soit des nourrissons ou des personnes âgées se retrouvent « psychiatrisés ».
 
Les psychiatres font en effet la promotion de l'utilisation de nouvelles technologies et applications mobiles pour « diagnostiquer » à distance. Ils comptent ainsi user de tous les moyens possibles pour cataloguer de « malade mental » n'importe qui, même un bébé à peine sorti du ventre de sa mère !
La CCDH s’offusque d’un tel marketing ! Imaginez-vous que votre médecin généraliste vous diagnostique de l’hypertension ou une infection en vous regardant sur un écran…
N’importe quel médecin digne de ce nom affirmera qu’il est indispensable d’examiner le patient pour établir un diagnostic fiable et scientifique. Comment se fait-il que les psychiatres, qui se targuent d’être scientifiques, ce alors même qu’ils n’ont aucune preuve scientifique de l’existence de maladies mentales, en arrivent à créer de nouvelles applications pour assurer leur clientèle.
 
En cataloguant ainsi de plus en plus de français et ce, de plus en plus jeunes, les psychiatres en font des patients à vie sous psychotropes, chose qui ne déplaît pas aux laboratoires pharmaceutiques qui s'enrichissent en incitant les psychiatres et les généralistes à vendre toujours plus de drogues psychiatriques aux effets dévastateurs.
 
La CCDH rappelle que de nombreux laboratoires pharmaceutiques sponsorisent ce congrès : Shire, Janssen, Lundbeck, Mylan etc., congrès qui « n’aurait pas pu avoir lieu » sans eux… (extrait du programme officiel du congrès).
 
La CCDH alerte les autorités sur la dangerosité d’un tel marketing car des milliers de vies risquent d’être brisées par de faux diagnostics et des traitements psychiatriques aux effets délétères.
 
Afin de redorer leur image, les psychiatres parlent de « nouveautés » et de « découvertes, ils font ainsi l’éloge de la Stimulation magnétique transcranienne, ou encore pire, de la stimulation cérébrale profonde…
Précisons que la stimulation cérébrale profonde est une opération du cerveau qui consiste à implanter des électrodes dans le cerveau, connectées à un boîtier mis en place sous la peau qui délivre un courant électrique (autrement dit, lobotomie nouvelle génération).
 
En vérité, la seule chose que fait la psychiatrie est un retour en arrière, du temps du pic à glace et des lobotomies.
 
Lors de la manifestation, les membres de la CCDH rappelleront aux psychiatres qu’ils ne sont pas au-dessus des lois, ni des droits les plus fondamentaux. La psychiatrie est de plus en plus épinglée par les scandales de pratiques inhumaines et dégradantes pratiquées dans les hôpitaux : contention, isolement, punition, violence, électrochocs, morts subites etc.
 
Au lieu de chercher à s’enrichir, les psychiatres devraient avant tout changer leurs pratiques et respecter le principe fondamental du serment d’Hippocrate : Primum non nocere « En premier, ne pas nuire ».
 
Les manifestants se rendront ensuite au Centre psychothérapique de Bourg-en-Bresse de 16h à 17h pour dénoncer les atrocités commises dans cet établissement et rendre hommage à la patiente octogénaire décédée ce lundi.
 
La Présidente de l’association, Mylène Escudier, sera sur place.
 
Pour toute information complémentaire, contactez la CCDH au 01.40.01.09.70.



Jeudi 7 Décembre 2017
Lu 109 fois

Actualités | CCDH | Publications | Nos actions | En savoir plus | Internements psychiatriques | Electrochocs | Les enfants et la psychiatrie | Criminels et psychiatrie | L'histoire de la psychiatrie | Newsletter | Télévisions | Presse écrite | Radios | Statistiques



Signez notre pétition

contre le dépistage psychiatrique

et la mise sous camisole chimique

des enfants

signer

Protégeons nos enfants

des drogues psychiatriques !


Soutenez l'association

Devenez membre

association

Abonnez-vous au Déchaîné

Le Déchaîné n°9

Téléchargez les précédents numéros :





CCDH est aussi sur: