Les droits des patients Accueil CCDH

Comment faire annuler

une mesure de soins psychiatriques
sous contrainte

solution

CCDH a récolté une liste de jurisprudences !


Effet indésirable

causé par un psychotrope ?

Voici comment en faire la déclaration

psychotrope

Cette déclaration est essentielle

pour la sécurité des patients !






Manifestation de la CCDH contre les maltraitances psychiatriques du CHU de Saint-Étienne


La Commission des citoyens pour les droits de l'Homme (CCDH) manifestera le samedi 7 avril entre 10h et 11h devant le CHU de Saint-Étienne, à Saint-Priest-en-Jarez, afin de dénoncer les traitements inhumains et dégradants pratiqués au quotidien dans le service de psychiatrie de l'établissement.

La CCDH rappelle que la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), Adeline Hazan, a récemment publié un rapport accablant sur cet établissement suite à sa visite de contrôle en janvier 2018. La CGLPL a d'ailleurs adressé des recommandations en urgence à la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn.


Les patients du service psychiatrique du CHU de Saint-Étienne sont maltraités. Le rapport de Mme Hazan affirme que les conditions d'accueil des patients sont indignes, certains patients dans l'attente d'une place en psychiatrie étaient attachés sur des brancards dans le service des urgences et ce pendant plusieurs jours, sans pouvoir ni se laver, ni changer de vêtements, ni se rendre aux toilettes.
 
L'usage de la contention et de l'isolement au sein de cet établissement est abusive et illégale. Les personnes admises en soins sans consentement sont systématiquement placées sous contention, même si elles ne sont pas agitées.
 
Plusieurs patients en soins libres subissent fréquemment des mesures d'isolement associées parfois à de la contention et ce, durant plusieurs jours. La contrôleure générale rappelle que l’isolement avec ou sans contention ne peut être mis en œuvre pour un patient en soins libres que pour une durée maximale de douze heures.
 
La CCDH rappelle que de telles mesures d'isolement et de contention ne respectent pas les dispositions de l’article L. 3222-5-1 du Code de la santé publique et les recommandations de la Haute autorité de santé.
 
La CGLPL demande que : « Les pratiques illégales et abusives d’isolement et de contention cessent immédiatement. »
 
La CCDH précise que le pôle de psychiatrie du CHU de Saint-Étienne comporte 360 lits et places adultes et 78 lits et places en pédopsychiatrie. C'est ainsi que malgré les nombreux traitements inhumains pratiqués dans cet établissement, de nombreux enfants âgés de 0 à 18 ans peuvent en être victimes.
 
D'après le site internet du CHU, des moyens d'hospitalisation complète sont aménagés pour les enfants de 0 à 13 ans. C'est alors que des bébés à peine sortis du ventre de leur mère et de très jeunes enfants peuvent se retrouver internés. La CCDH s'indigne d'une telle disposition d'autant plus qu'aucun examen scientifique ne prouve qu'un bébé ou qu'un enfant aurait un quelconque trouble mental.
 
Les bénévoles de la CCDH seront donc présents le 7 avril prochain devant les portes du CHU de Saint-Étienne afin de dénoncer haut et fort les traitements barbares que les psychiatres y pratiquent tous les jours.
 
La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme est une association créée en France en 1974 dans le but d'exposer et d'éradiquer les violations des droits de l'Homme en psychiatrie. Elle est aujourd'hui présente dans plus de 30 pays.
 
Contact Presse : 01.40.01.09.70
ccdh@wanadoo.fr
www.ccdh.fr



Mardi 10 Avril 2018
Lu 296 fois

Spots d'information | Communiqués de presse | DVD de la CCDH | Clips engagés



Signez notre pétition

contre le dépistage psychiatrique

et la mise sous camisole chimique

des enfants

signer

Protégeons nos enfants

des drogues psychiatriques !


Soutenez l'association

Devenez membre

association

Abonnez-vous au Déchaîné

Le Déchaîné n°9

Téléchargez les précédents numéros :





CCDH est aussi sur: