Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






Manifestation de la CCDH le samedi 2 janvier à Paris


Manifestation de la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme samedi 2 janvier 2010 de 13h30 à 15h sur la place de la Bastille pour dénoncer la dangerosité des médicaments psychiatriques et l'irresponsabilité des psychiatres qui les promeuvent.


De plus en plus de morts et d'actes de violence ont lieu suite à un traitement psychiatrique.

Rappelons que de nombreuses célébrités sont la cible de la psychiatrie.
En 2006, le fils d'Anna Nicole Smith meurt après avoir pris une forte dose de médicaments prescrit par des médecins, dont des antidépresseurs. L'année suivante sa mère meurt de la même façon. En 2009, la mort de Brittany Murphy après une consommation importante de médicaments sous ordonnance, dont un antidépresseur et deux anxiolytiques, suit la mort de Michael Jackson causée par une overdose de somnifères, et autres médicaments.

Dans l'actualité française, les criminels ayant pris ou prenant des psychotropes et qui tuent sont de plus en plus nombreux.
En novembre dernier, dans l'Essonne, un homme a enlevé, violé et sauvagement assassiné une femme alors qu'elle faisait son jogging. Il prenait des antidépresseurs. Il a ensuite tenté de mettre fin à ses jours en absorbant une grande quantité de médicaments.
Toujours dans l'Essonne, une maman a tué son fils de 4 ans alors qu'elle était suivie par un psychiatre.
Dans le Gard, une femme de 60 ans a tenté de se suicider alors qu'elle suivait un traitement psychiatrique.

Ces faits divers s'expliquent par les nombreux effets secondaires des médicaments psychiatriques.

Voici d'après le Dictionnaire Vidal les principaux effets secondaires des psychotropes.
Le Deroxat et le Prozac, les deux antidépresseurs les plus vendus au monde peuvent entrainer de l'insomnie, de l'anxiété, des troubles sexuels, des vertiges, des comportements suicidaires, l'augmentation de l'hostilité et de l'agitation.
Le Xanax et le Zoloft, les deux anxiolytiques les plus connus présentent des risques d'amnésie, des troubles du comportement, de l'agressivité, des modifications de la conscience, de la confusion, de l'insomnie, de la modification de la libido, des hallucinations.

D'après les données de la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), les psychotropes sont les médicaments les plus prescrits après les antalgiques. Leurs prescriptions progressent au fil
des années. Le professeur Edouard Zarifian, chargé d'un rapport sur la prescription des psychotropes, parlait d'une "explosion de la médicalisation pharmacologique de l'existence".
Le Point a récemment expliqué que l'Assurance-maladie avait remboursé 850 millions d'euros pour ces médicaments en 2001 et qu'elle en a remboursé plus d'un milliard d'euros en 2008, soit une augmentation de près de 18%.

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme cherche à prévenir des risques des médicaments psychiatriques. L'association dénonce les dangers des psychotropes et leur prescription abusive. Elle organise de nombreuses manifestations pour sensibiliser les Français sur le sujet. La CCDH est contactée par des dizaines de victimes des traitements psychiatriques chaque semaine.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter par téléphone au 01 40 01 09 70 ou au 06 67 56 88 04.



Dimanche 5 Décembre 2010
Lu 3361 fois

Manifestations | Expositions | Journées d'action | Conférences | Raid à vélo | Campagne d'information


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: