CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






Manipulations psychologiques : Le nouveau « Viagra féminin » est en fait un antidépresseur


L'approbation par la Food and Drug Administration (FDA) du médicament « Addyi », qui est trompeuse car présentée comme le « Viagra féminin »...


« Mais, à la différence du Viagra, qui affecte le flux sanguin vers les organes génitaux masculins, Addyi, le « Viagra rose » pour les femmes, vise à mettre le trouble dans leur esprit : c’est un médicament antidépresseur et il ya des effets indésirables très graves, voire mortels.
 
Alors que la plupart des gens seraient d'accord pour dire qu'il est insultant et dégradant de penser que les femmes souffrent d'une maladie mentale en raison d'un manque de désir d’acte sexuel, l'utilisation de médicaments psychotropes dangereux pour, prétendument augmenter le désir sexuel de la femme, fait tout simplement suite à l’histoire de la FDA et de l’APA (Association américaine psychiatrique) selon laquelle ce comportement féminin est une maladie et cela, c’est faire du tort aux femmes car ce n’est pas un trouble mental.



Lundi 28 Décembre 2015
Lu 1438 fois

Actualités | CCDH | Publications | Nos actions | En savoir plus | Internements psychiatriques | Electrochocs | Les enfants et la psychiatrie | Criminels et psychiatrie | L'histoire de la psychiatrie | Newsletter | Télévisions | Presse écrite | Radios | Statistiques


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.