CCDH
Les droits des patients Accueil CCDH






Une étude belge indique que les enfants sous ritaline sont plus fréquemment internés en psychiatrie que les autres.


Le nombre de patients souffrants de TDAH (Troubles du Déficit de l’Attention/Hyperactivité) hospitalisés en psychiatrie est devenu sept fois plus important au cours des cinq dernières années, indiquent jeudi Het Belang van Limburg et la Gazet van Antwerpen. En comparaison avec la même période en 2007, ce nombre a encore augmenté de 20% au cours du premier semestre 2008.


Les chiffres proviennent d’échantillons réalisés par le pharmacien prépensionné Fernand Haesbrouck d’Ypres. Il a comparé au cours des cinq dernières années les statistiques de quatorze instituts psychiatriques.

Selon lui, cette croissance spectaculaire est liée aux effets secondaires des doses trop élevées des médicaments TDAH, tels que la Rilatine, Strattera ou Concerta qui induirait des comportements psychotiques chez les patients.

Cette étude vient confirmer la nocivité de psychotropes tels que la Ritaline, mais quoi d'étonnant quand on sait que la molécule de la Ritaline est du style amphétamine, aux effets aléatoires et créant une dépendance !!! Et pourtant on donne ça aux enfants...

De plus, ce qu'il faut savoir, c'est que TDAH est une "maladie" inventée de toute pièce par la psychiatrie afin d'écouler les psychotropes vendus par certains laboratoires pharmaceutiques. Ce fait a été reconnu même par des psychiatres, et la relation équivoque existant entre la psychiatrie et les laboratoires pharmaceutiques continue d'être dénoncée chaque jour davantage...




Samedi 13 Décembre 2008
Lu 3599 fois

France




Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Partagez ce site:

Soutenez l'association

Devenez membre

association
CCDH est aussi sur:

 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.