Psychiatrie - Commission
Les droits des patients Accueil CCDH






Une étude dénonce les effets secondaire des neuroleptiques


Manifestation de la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme le samedi 27 août 2011 à Paris pour dénoncer les effets secondaires dangereux des psychotropes.
Une étude britannique révèle certains effets secondaires des neuroleptiques. Elle dénonce la surveillance insuffisante des psychiatres pour ces médicaments.


La revue « Psychological Medicine » a publié une étude britannique sur les neuroleptiques. Cette étude dénonce le fait que les psychiatres ne surveillent pas suffisamment les effets secondaires de ces médicaments.
Plusieurs chercheurs de l'Université de Leicester ont analysé 48 études, impliquant près de 300 000 personnes, menées de 2000 à 2011 dans 5 pays.

L'étude a révélé plusieurs effets secondaires pouvant avoir des conséquences sérieuses sur la santé. Par exemple :
- 60% des personnes prenant un médicament antipsychotique pour le traitement de la schizophrénie ont un niveau de cholestérol élevé
- 40% ont une pression artérielle élevée
- 30% présentent un syndrome métabolique

Les auteurs recommandent que des contrôles de santé physique fassent obligatoirement partie des soins fournis par les psychiatres.

Certains médicaments connus comme l'Haldol, le Tercian, le Zyprexa, le Risperdal, le Seroquel ou l'Agréal font partie de la classe des neuroleptiques. Ce type de médicaments psychiatriques peut malheureusement entraîner d'autres effets secondaires dangereux.

Le docteur David Healy, expert psychopharmacologiste, a fait remarquer que le taux de suicide et le taux de mortalité liés au Zyprexa a été « le plus élevé que tout autres médicaments psychotropes dans l'histoire ».
28 000 personnes dans le monde ont été indemnisées par le laboratoire Lilly pour que cessent les poursuites relatives à ce médicament.
En France, ce médicament est actuellement sous la surveillance de l'Agence des médicaments, l'AFSSAPS.

Le Noctran, somnifère contenant un neuroleptique caché, vient d'être retiré du marché en France à cause de ses effets secondaires.

Ces médicaments dangereux sont aujourd'hui consommés par des milliers de personnes. Les effets secondaires dévastateurs de ces drogues doivent être révélés.

Depuis 1974 en France, la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme dénonce les abus psychiatriques. Elle est contactée chaque semaine par de nombreuses victimes des médicaments psychiatriques.

Pour plus d'informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez nous par téléphone au 01 40 01 09 70 ou au 06 28 06 59 16, ou par email à ccdh@wanadoo.fr



Lundi 28 Décembre 2015
Lu 2307 fois

Spots d'information | Communiqués de presse | DVD de la CCDH | Clips engagés


Le Déchaîné n°9



Téléchargez les précédents numéros :



Abonnez-vous au Déchaîné


Soutenez l'association

Devenez membre

association

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme - CCDH


Association loi 1901, la CCDH se donne pour objectif de faire respecter les droits de l'homme dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale conformément à la Déclaration qu'elle a rédigée et qui explicite ces droits.

CCDH recueille ainsi des témoignages mais aussi des statistiques et des rapports sur les abus psychiatriques, tels que les internements abusifs, les traitements brutaux et destructifs (électrochocs, neuroleptiques...) ou les diagnostics frauduleux qui font sombrer des millions d'individus dans la spirale destructive de la psychiatrie. Les données sont ensuite utilisées afin de susciter une prise de conscience de la part des autorités et du public en général. Ainsi, des réformes ou de nouvelles lois peuvent être mises en place.

CCDH est aussi sur: